Les chants d’AILESIA*: Le Chant de la féminité

Version sonore:
(paroles: Beat, sons: Mélanie)

Texte:

Le chant des Sirènes n’est point pour séduire ou captiver l’homme, c’est le chant des femmes pour honorer la beauté de la Vie. Il est d’une grâce et d’une beauté exquise, inspiré par la Mère divine elle-même qui souffle sa grandeur splendide dans les cœurs des femmes chantantes. Chantons en chœur la puissance de la douceur et la force de l’amour qui englobe toute Vie. Ouvrons-nous à la délicatesse du Féminin sacré en la femme et en l’homme qui s’éveillent à sa splendeur. Le chant des Sirènes est une bénédiction pour l’homme qui accueille le féminin en soi et ne présente un danger que pour l’homme qui s’enferme dans son masculin récalcitrant. Le chant de la Femme sirène, reine d’amour, enchante les Cœurs et honore la Femme dans sa splendeur. Candeur vibrante dans les Cœurs des femmes qui s’émerveillent de leur rayonnante beauté. Grandeur irradiante la pulsation de Vie dans les veines de la reine. La femme s’élève et prend sa place dans sa puissance d’amour et sa force de tendresse. Elle accueille en son sein les joyaux de la Vie et vit pleinement la Joie étincelante. Le chant du Féminin entonne l’avènement des nouvelles mélodies et sonorités et font vibrer les notes de la douceur, de l’amour et de la paix profonde en chacune de vous. Ouvrez les oreilles de vos cœurs pour accueillir la musique du Féminin qui vous emporte vers les sphères de l’ère nouvelle.

Je vous chante ces paroles au nom du Féminin tout en continuant la danse avec le Masculin dans un rythme perpétuel et une dynamique complémentaire. Si, par moment, je parle en tant qu’être féminin davantage au féminin et aux femmes, ce n’est point pour exclure le masculin. Nous ne connaissons pas l’exclusion, nous vivons l’Unité qui inclut le Tout. Mes chants honorent et célèbrent le Sacré de la femme pour enchanter tous les Cœurs des Humains et les inviter à chanter tous en un grand chœur terrestre et universel. Mes chants invitent toutes les femmes à louer leur beauté et leur grâce sublime.

Je vous invite, mes chères sœurs, à laisser parler, chanter et danser cette grâce et beauté à chaque instant de vie, sans crainte d’être jugée par les esprits de l’ancien monde. Vous êtes porteuses de cette nouvelle note, incarnez-là avec confiance et affirmation. Laissez passer comme des nuages les jugements de ceux qui sont encore attachés au monde en déclin. Incarnez la beauté et n’essayez pas de plaire, car si vous tentez de plaire, vous donnez votre pouvoir à ceux qui jugent votre beauté. Rayonnez ce que vous êtes dans des mouvements pleins de grâce. Offrez votre amour avec générosité une fois que votre coupe est pleine. Mais soyez d’abord en pleine amour avec vous-même. L’amour de tout ce que vous êtes, l’amour qui accueille la beauté de vos corps de femmes sans qu’ils aient à correspondre à des critères de beauté dictés par le monde extérieur. Dites-vous plutôt : « Je suis la reine de ma beauté que j’offre avec amour pour la partager avec celles et ceux qui en sentent l’élan et qui l’accueillent avec gratitude. » Prenez soin de vos corps de femmes, non pour plaire aux hommes, mais pour être en amour avec vous-même, pour vibrer dans un corps qui vous plait à vous-même et afin de vous dire : « J’aime pleinement mon corps comme il est. » Chantez en confiance les mélodies d’amour des Sirènes, même si vous faites peur aux hommes de l’ancien monde. Ils vous couvriront de leurs jugements qui ne sont que la projection de leurs propres peurs. N’en prêtez simplement pas attention et restez centrée dans votre créativité de femme. Osez pleinement être dans votre féminité qui émerge de l’intérieur de vous. Vous apportez votre note au nouveau concert des Humains et invitez les hommes à s’accorder à la note du Cœur. Vous n’avez pas besoin de vous battre contre quoi que ce soit, c’est encore une façon d’abandonner votre pouvoir à ce que vous voulez combattre. Je vous invite simplement, en conscience de votre vraie valeur, d’être et de vivre vos magnifiques qualités de femme. Chantez votre amour sans condition qui enveloppe toute forme de vie, dansez la douceur qui transforme toute peur en paix, parlez sensibilité et délicatesse en étant dans votre pleine force. La tête haute et modeste, laissez rayonner le soleil dans votre Plexus, créez dans la puissance de votre Hara et irradiez ce qui vous entoure avec l’amour du Cœur. Exprimez-vous avec l’affirmation de votre Gorge et accueillez l’inspiration universelle dans votre Couronne tout en étant profondément enracinée. Portez votre regard du troisième œil vers la créativité subtile qui souhaite se manifester à travers vous. Dansez dans la lumière et s’il y a quelques ombres qui se joignent à vos mouvements de danse, demandez au Feu sacré de la Flamme violette de les purifier et transformer pour que vos mouvements, vos voix et paroles s’expriment dans leur pureté.

Vous êtes pures et innocentes chères sœurs. Eve n’a jamais commis de péchés. Ce n’est qu’une chimère pour générer de la culpabilité en vous. Je vous invite, tout simplement, à ne plus croire à ce fantasme. Déposez cet héritage que vous portez depuis des générations et rendez ce qui ne vous appartient pas. Lâchez ce poids que l’on a posé sur vos épaules et votre danse sera fluide et légère. Je vous invite à vous exprimer dans la pureté de vos Cœurs et, simplement, à ne plus répondre aux exigences d’un monde qui enchainent vos qualités de Femme de Cœur. Vous n’avez plus rien à prouver dans ce monde actuel. Partagez votre créativité féminine pour inviter le masculin à la Danse du Cœur, au Chant d’Amour et à l’Union tendre et paisible. Quelle joie ! Dans cette période de Transformation, c’est bel et bien le féminin qui invite à la danse et cela principalement à travers vous. C’est l’affirmation du féminin qui permettra au masculin de s’accorder à la nouvelle note.

Depuis des siècles, la réalité du féminin et les manifestations des femmes ont été intimidés par la mascarade d’un pouvoir basé sur des principes masculins. Il ne m’incombe pas de juger ce qui se passe dans votre monde dans lequel la peur et l’intimidation limitaient l’expression du féminin et des femmes. J’évoque ce fait pour la simple raison de vous inviter à lâcher prise complètement cette intimidation, cette peur, souvent inconsciente, du masculin et de l’homme qui a bâillonné l’expression féminine. Bien des fois vous répondez encore inconsciemment aux attentes du monde des hommes dans l’espoir d’être enfin reconnue pour ce que vous êtes véritablement. Certes, vous partez de la bonne volonté d’être une femme, une mère ou une professionnelle parfaite mais en réalité vous abandonnez ainsi votre propre note et vous vous perdez dans vos actions de vouloir bien faire. Je vous invite alors à abandonner votre impulsion à répondre aux exigences de ce monde fantôme, de vous centrer pleinement sur les qualités et talents de votre Cœur et de manifester la vraie femme que vous êtes. Je vous invite également à lâcher prise définitivement la peur du masculin que plusieurs d’entre vous portent encore en elles. Certes, ce sont des mémoires de victime que je vous invite à déposer. Cela vous libérera non seulement pour vivre la force de la nouvelle femme, mais vous permettra aussi d’accueillir le nouveau masculin et ainsi de le rencontrer avec un regard neuf. Entrez dans votre force, prenez votre pouvoir d’être qui vous êtes. C’est une force d’être et jamais un pouvoir sur l’autre. Vivez cette évolution toujours dans le but de créer l’unité masculin-féminin, d’abord en vous et ensuite avec les hommes qui vivent cette même évolution. Comme je vous ai dit chères sœurs, c’est à vous d’inviter l’homme à cette nouvelle danse, car c’est l’avènement du nouveau féminin qui donne l’impulsion à créer le nouvel accord entre les voix féminines et masculines. Le chant ainsi entonné sera de toute beauté ! Vous aurez l’occasion de faire grandir votre patience car plusieurs hommes ont encore du mal à s’accorder à cette nouvelle vibration. N’attendez pas l’homme pour commencer à danser ! Dansez, dansez et faites des gestes qui invitent les hommes à se joindre en toute liberté à votre danse. Chantez, chantez vos chants de Sirènes et de plus en plus d’hommes auront l’élan de partager la beauté de vos chants. Regardez d’un œil compatissant les hommes qui fuient apeurés vos chants de beauté. Ce n’est pas parce que ça ne leur chante pas que vous chantez faux.

Sûre de vous et en amour avec vous-même, tenez la note du Cœur, chères sœurs, et dansez avec ceux et celles qui accueillent votre invitation avec joie. Dansez le pas de la légèreté dans des mouvements fluides. Vos yeux et votre sourire rayonnent l’amour et le bonheur. Vos bras accueillent la vie en pleine confiance et vos voix pétillante vibrent l’allégresse. Célébrez votre féminité, voltigez avec courage dans les sphères de la douceur, soufflez la délicatesse dans le concert du silence, donnez vie à l’être de Cœur et chantez en chœur la joie de vivre !

A cœur joie dans la joie du Cœur votre AILESIA*

 

* AILESIA
Si je me présente en quelques mots dans votre langage,  je dirais que JE SUIS une « femme du  peuple » des Hathors. Nous nous sentons proches de vous, les Humains, même si nous vivons au-delà de la planète Terre. Vous pouvez nous imaginer comme de grands frères et sœurs qui vous considèrent avec beaucoup d’amour. Je vous parle donc comme une grande sœur sans pour autant me considérer supérieure à vous. Vous savez bien que nul être n’est supérieur à un autre. Dans la Création nous sommes tous égaux. Toutefois, une grande sœur peut avoir un esprit plus élargi et par moment servir de modèle. Je parle de cœur à cœur avec beaucoup d’Amour. Je m’adresse autant aux femmes qu’aux hommes même si j’apporte une note féminine dont les Humains ont tant besoin en cette période d’évolution. Je suis honorée de pouvoir partager mon énergie à travers ces paroles avec vous qui voulez bien les accueillir. Ma voix chante dans la douceur et la paix. Une grâce aimante vibre en moi. Si vos cœurs sont ouverts, vous pouvez me sentir à l’instant en vous. Dans un moment de silence en respirant avec douceur, vous pouvez sentir mon amour apaisant. Je vous tends ma main pour chanter un instant avec vous de merveilleuses airs de la Vie. Ensemble, nous empruntons le Chemin du retour vers l’être véritable, ensemble nous rions, chantons et dansons la Vie.

En profonde gratitude et amour
AILESIA

Conversations avec Marlowe l’Enchantecœur: 4 – Naître pour être Maître

J’étais ravi quand Claire me proposa l’après-midi de me faire visiter les jardins et les entourages proches du domaine.  Elle m’invita davantage à m’unir aux plantes plutôt que de les percevoir avec mes sens physiques. Au début, j’avais de la peine mais Claire était très patiente. Un moment donné, elle s’assit avec moi devant un rosier de Damas, m’invita à fermer les yeux et pris délicatement ma main. Soudain, cela nous transporta dans un vécu sublime de joie, de douceur d’amour et de paix où j’avais l’étrange sensation de me dissoudre en m’unifiant. Lire la suite…

Conversations avec Marlowe l’Enchantecœur: 3 – L’éveil du rêveur qui tenait tant à son rêve

Dans mon rêve nocturne, je me retrouvais un marin qui était en train de débloquer le gouvernail de son bateau, resté coincé dans une position fixe. Je fus perplexe de constater qu’autour de moi il y avait quantité innombrable de navigateurs qui naviguaient tous dans la même direction. Ce qui m’effrayait était de constater qu’ils faisaient tous semblant de naviguer, alors que leurs gouvernails étaient tous orientés dans la même direction que le mien. Lire la suite…

Conversations avec Marlowe l’Enchantecœur: 2 – Le corps est mort, vive la Vie!

Le lendemain, je guettais partout pour m’apercevoir de la présence de Marlowe, mais je ne le trouvais nulle part. Une jeune femme, qui se nommait Claire, s’occupait de mon hospitalité. Elle était très discrète, bien que très accueillante. C’était plus sa présence que ses mots qui parlait, car elle parlait très peu et ne disait que le stricte nécessaire. Au début, cela me gênait un peu, mais peu à peu je m’accordai simplement à sa présence car je sentais qu’il n’y avait en effet pas besoin de mots. Sa présence était un étrange mélange de douceur et de lucidité cristalline. Elle était plutôt de taille petite et svelte. Pensant à ma conversation de la veille, je me demandai tout à coup si son corps était réel ou si je n’étais pas seulement en train de regarder une image. En quelque sorte, sa présence me semblait plus réelle que son apparence physique. J’eu un instant l’élan de la toucher pour sentir si son corps était dense, mas je n’osais tout de même pas le faire. Elle avait autour d’elle comme un champ électrique dans lequel je n’aurais pas osé entrer.

Lire la suite…

Conversations avec Marlowe l’Enchantecœur : 1 – Un corps sain dans un esprit saint

L’été dernier, je faisais un voyage au travers d’immenses étendues de forêts et plus j’avançais, plus j’entrais en lien profond avec la puissante et mystérieuse nature ainsi qu’avec ma propre nature profonde. C’était comme si la nature était en moi et moi dans la nature, comme si nous ne faisions qu’un.

Lire la suite…

Cheminer vers la Nouvelle Vie – 4: Légèreté

Vous sentez la légèreté quand la vie est pétillante, quand la joie pulse dans vos artères et vos veines. Souvent vous associez cet état de légèreté au jeune âge. Un ruisseau à la montagne dont l’eau sautille d’une roche à l’autre ou coule joyeusement à travers une prairie. Un enfant insouciant qui joue pleinement immergé dans son univers de jeu ou encore un papillon qui voltige entre des végétaux magnifiquement en fleurs.  La légèreté naît de cet état de spontanéité et de pureté, libre de toute charge qu’amènent les soucis, préoccupations ou les émotions teintées de souffrance. Lire la suite…